Aidants – Documentation

Cliquer sur une catégorie pour afficher son contenu.

Films

Intouchables (2011)

Livres
  • Aidant familial, votre guide pratique, ministère des Affaires sociales, de la Santé et des   Droits des femmes, La documentation française, 2015
  • Proximologie, regards croisés sur l’entourage des personnes malades, dépendantes ou handicapées, Hugues Joublin (coordination) Flammarion, 2006
  • Vivre auprès d’un proche très malade, Christophe Fauré, Albin Michel, 1998
  • La présence pure (et autres textes), Christian Bobin, Gallimard, 2012
  • L’âge de la vie-Prendre soin des personnes âgées… et des autres…, Michel Billé, Christian Gallopin, José Polard, ERES, 2015
  • La mort intime, Marie de Hennezel, Pocket, 1996
  • Le droit à la vulnérabilité, manager les fragilités en entreprise,  Thierry Calvat et Serge Guérin, Michalon, 2011
  • La solidarité ça existe… et en plus, ça rapporte !, Serge Guérin, Michalon, 2013
  • Silver génération, 10 idées reçues à combattre à propos des sénoirs, Serge Guérin,   Michalon, 2015
Articles

« Coup de chapeaux aux aidants » Serge Guérin, Responsage, juin 2015

Que faut-il pour être un bon aidant ?

Toutes les qualités qui font que sans, eux notre système de santé serait dans un état catastrophique ! Les aidants développent un sens de l’attention à l’autre et une qualité d’écoute. Ils acquièrent aussi des savoir-faire et une réelle expertise. Mais ils ont cependant besoin d’être accompagnés. Autant un statut de l’aidant ne me semble pas être une priorité, autant la nécessité d’offrir des formations adaptées aux aidants, assurées par des professionnels en est une. Je pense aussi au potentiel de formations entre aidants, entre pairs, ayant vécu des situations à peu près équivalentes. Certains souhaitent sortir au plus vite de leur rôle d’aidant mais d’autres ont besoin de transmettre leur expérience. Une expérience d’aidant est un épisode marquant dans une vie. Elle enrichit humainement. C’est tout de même une grande satisfaction de se dire qu’on peut être doublement utile, envers un proche puis envers un pair. Les centres d’accueil de jour pourraient être de véritables plateformes de rencontres et d’échanges. Un bon aidant doit aussi rester en bonne forme, d’où l’importance de suivre sa santé, par exemple en lui offrant un droit pour un bilan de santé gratuit chaque année (au lieu de tous les 5 ans). Il s’agit aussi de lui permettre de prendre du temps pour lui ; je préfère ce terme à celui de répit.

« L’entreprise ne peut échapper aux salariés aidants » Serge Guérin, L’Express Emploi 2013

Bien souvent ces aidantes et ces aidants sont des salariés en activité. Avec la croissance constante du nombre de malades chroniques et la hausse continue du nombre de personnes de plus de 50 ans pouvant potentiellement faire face à la grande fragilisation liée au grand âge d'une compagne ou un compagnon ou d'un parent, l'entreprise va devoir apprendre à composer avec cette réalité nouvelle dont l'effet se renforcera au fil des ans.

« Les aidants ont besoin d'être perçus comme des êtres humains » Serge Guérin, L’Express Emploi, 2013

Dans ce texte, l'auteur s'interroge de savoir combien d'aidants font passer leur santé en priorité? On le sait, les aidants sont tellement accaparés, mentalement et physiquement, par la situation de leur proche, qu'ils finissent par s'oublier. Souvent, ils refusent -ou n'ont pas la possibilité matérielle- de prendre un peu de temps pour eux, y compris pour faire des soins ou bien se reposer. Jusqu'à ce que l'aidant fasse un burn-out, un malaise... Il arrive que l'aidant se retrouve plus fragilisé, physiquement comme mentalement, que le proche aidé. C'est alors la "double peine", car l'aidant se met en danger tout en fragilisant plus encore plus son proche puisqu'il ne peut plus le soutenir.