Accueil

« Jour après Jour »

Les aidants accompagnent un proche handicapé, malade ou en fin de vie


« Jour après Jour »

Les endeuillés surmontent la perte d’un être cher


« Jour après Jour »

Les bénévoles de notre association leur proposent soutien, écoute et partage

LES AIDANTS

Ce qui vous arrive vous dépasse. Vous vivez une situation difficile. Vous vous retrouvez aidant par le lien familial qui s’impose. Vous n’y êtes pas préparé, vous êtes perdu. Toute votre vie est chamboulée, d’un point de vue organisationnel, affectif, professionnel et social et financier. Vous n’avez plus de visibilité.

 

Devient-on aidant familial ou le sommes-nous de fait ? La différence est-elle si grande ?  En quoi est-ce si effrayant d’accompagner ? N’est-ce pas le cycle normal de la vie ? Vous ne savez pas si vous faites bien, vous ne savez pas exactement comment faire mieux. Vous vous sentez coupable de ne pas arriver à prendre plus sereinement certaines décisions. Mais comment en serait-il autrement si vous ne consentez pas à vous poser et à prendre un peu de recul, un peu de temps pour vous, pour comprendre ce qui se passe réellement et apprendre à faire différemment si nécessaire ?

 

Il est vraiment indispensable de se doter des compétences minimales pour éviter d’apprendre par soi-même ce qui constitue chez les aidants, un vrai parcours du combattant.

LES ENDEUILLÉS

Vous venez de perdre un être cher et vous êtes effondrés … ou bien cette disparition remonte à très longtemps, mais il vous semble que vous n’avez toujours pas « fait votre deuil ». Quelles que soient les circonstances de cette perte (accident, maladie, suicide …) votre vie a basculé. Après la solidarité du moment, chacun a repris le cours de sa vie, pas vous … Vous avez peu de personnes à qui vous confier, à qui parler de celui ou celle que vous avez perdu. Vous avez l’impression qu’ils ne peuvent pas comprendre. Certaines paroles vous blessent plus qu’elles ne vous réconfortent. On vous dit « qu’il faut aller de l’avant », « qu’il faut vous changer les idées », mais toutes vos pensées vont vers celui ou celle qui vous manque. Votre chagrin est intact, vous ressentez des émotions ou vous avez des idées que vous ne comprenez pas ou qui vous font peur : de la colère, de la culpabilité …

 

Quel sens donner au reste de votre vie sans celui ou celle que vous avez perdu ? Si seulement vous pouviez partager cette expérience avec d’autres qui savent, qui pourront vous entendre, vous conseiller, sans vous juger : ne restez plus seul face à votre douleur.